• Dans l'éducation aussi, faire retour à la République

    Au cœur de la République, il y a le citoyen éclairé par l'école. De l'école, les parents comme les enseignants attendent que les pouvoirs publics lui fixent clairement ses missions : transmettre le savoir et la culture et faire pour le pays tout entier et pour tous ses enfants le pari sur l'intelligence, ensuite former le jugement de nos jeunes pour qu'ils puissent faire demain leur métier de citoyen, avec leurs droits mais aussi avec leurs devoirs. 

     

    La transmission des savoirs et l'autorité des maîtres doivent être remises au centre de l'Ecole. L'acquisition des connaissances affranchit de l'ignorance et ne va jamais sans effort. Les jeunes des milieux populaires ont d'autant plus besoin d'une école forte et structurée qu'elle est leur seule garantie de promotion sociale. C'est elle qui donne par la culture, à chaque élève, la possibilité de construire sa propre émancipation en lui permettant d'aller, par son travail, jusqu'au bout de ses possibilités. 

     

    Aujourd'hui, 20% des élèves ne lisent pas, n'écrivent pas et ne calculent pas couramment en 6ème et 30% de ceux de 3ème ne maîtrisent pas les savoirs fondamentaux d'une indispensable culture générale. 40% des étudiants du supérieur échouent lors de leur 1ère année. Autant de jeunes qui auront, demain, du mal à s'insérer sur le marché du travail.

     

    Depuis l'élection de Nicolas Sarkozy, 49400 postes d'enseignants auront été supprimés d'ici 2010, soit plus de 6% des effectifs. C'est aussi moins de crédits budgétaires, d'heures enseignées, de soutien scolaire, d'études surveillées ou dirigées, d'efforts pour les ZEP, de surveillants et d'éducateurs pour assurer la sécurité et la vie scolaire.

    Si l'école tient, c'est grâce aux enseignants, ils méritent notre soutien et notre considération dans la tâche difficile qui est la leur.

     

    Dans une société tellement inégale, l'unité de l'école, c'est-à-dire l'unité des savoirs et des valeurs qu'elle est chargée de transmettre, demeure une garantie de justice sociale qu'il faut préserver dans ces périodes de crise. L'investissement dans l'Education doit redevenir une priorité si l'on veut faire vivre la promesse d'égalité devant le savoir pour tous les enfants de notre pays.

    L'école de la République est une. Elle est à la fois creuset et ciment de l'unité nationale. Pour les républicains, pour les femmes et les hommes de progrès, pour tous ceux pour qui l'engagement à Gauche a encore un sens, l'école doit redevenir une priorité politique.

     

     

    André CASSOU

    Maire adjoint - Président du groupe Mouvement Républicain et Citoyen


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :