• La démocratie locale s'en ira mourir aux pieds des tours de La Défense

     

    Par Catherine MOURET - Conseillère municipale MRC

    janvier 2010

    Vladimir Vissotsky écrivait : « Troie depuis longtemps assiégé demeurait une citadelle imprenable. Mais les Troyens ne crurent pas Cassandre, sinon Troie tiendrait encore aujourd'hui ». En 2010, le cheval de l'ennemi est bien au milieu de nous.

    La dérèglementation financière internationale, au pinacle depuis 30 ans, a montré sa vraie nature : son incapacité à forcer le réel et à assurer un développement « harmonieux » de l'économie mondiale.

    L'Europe libérale a démontré qu'elle était incapable d'assumer un projet commun. Ce sont les Etats nationaux qui se sont portés aux commandes pendant la crise financière. La nouvelle Constitution a permis au contraire la mise en concurrence  des travailleurs de l'Europe entière, le chantage à l'emploi permettant de délocaliser et de fermer des entreprises en toute impunité. Dans ce contexte, il n'y a plus de limite objective à un tel processus qui nous ramènerait au XIXème, sauf le combat. Et ceux qui osent encore se réjouir de l'adoption de la Constitution européenne ne s'aperçoivent même pas qu'ils ont creusé leur propre tombe et hypothéqué l'avenir de leurs enfants !

    Le « modèle français » issu de la mémoire vivante de la Révolution française qui s'incarne dans notre devise, « Liberté, égalité, fraternité », et de tous les combats menés depuis le XIXème siècle jusqu'à nos jours, tient encore debout, bien que fortement ébranlé. Il peut même encore servir en temps de crise, mais nul doute qu'une fois la situation économique rétablie, les coups de boutoirs  contre ce qui fait la spécificité de notre pays reprendront : contre les services publics, la laïcité, l'Ecole, la Sécurité sociale, etc..

    Si nous regardons ce qui va se passer dans notre ville, la prochaine fusion Epad-Epasa va s'imposer avec une violence que nous n'imaginons même pas encore, décidant pour les Nanterriens d'un destin qu'ils n'ont nullement choisi. La démocratie locale s'en ira mourir aux pieds des tours de La Défense !

    « Sans cesse la fille folle criait : je vois devant moi Troie sous les décombres » (V. Vissotsky). Qui est capable d'entendre aujourd'hui ce cri de vérité ? Le peuple, lui, l'a entendu, mais il trouve beaucoup de sourds en face de lui. Le peuple nous attend, il y a urgence !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :